fbpx

Ultimae, l’interview

Episodes , Interview , label

Ultimae, l’interview

Posted On22 avril 2014 0

Découvrez l’interview soit en version écrite et/ou audio :

WPV : Bonsoir Vincent, alors histoire d’être intraitable sur le sujet, qui es-tu, comment est né Ultimae qui fête ses 15 ans cette année ?

Aes Dana : Alors moi c’est Vincent Villuis, j’ai crée le label en 1999 avec Sandrine Grison qui est aussi Dj (Mahiane). Nous avons développé ensemble le label et Il nous aura fallu 3 ans pour installer nos marques et s’en sortir financièrement. Lorsqu’on travail une musique considéré « de niche » comme l’Ambient, l’ Electronica où il y a pas mal de production et il fallait sortir du lot. En toute modestie, 5 ans c’est le nombre d’année que nous avons eu besoin pour commencer à tourner en festival et à sortir davantage de production avec 2 sorties au début puis 6 par la suite.

WPV: Vous définissez votre âme musicale comme Ambient voire Trance mais c’est surtout votre accroche qui m’intéresse « Panoramic music », quelles sont les valeurs que vous véhiculez ?

Aes Dana : Alors déjà, Ultimae vient de Ultimae terrae « les terres les plus lointes » en latin, une sorte de notion d’exil, une notion de voyage, de floue, de terres identifiables. On a jamais voulu vraiment voulu un message « spirituel » en particulier pour éviter de se faire cataloguer dans la Trance et Psy. On serait plus sur un esprit cinématique, géographie de grand voyage que l’on pourrait écouter avec notre baladeur, le temps du transit, ou perdu dans une plaine… Nous avons toujours voulu travailler sur une image « très photographique » qui inspire le voyage lointain ou immersif. Et Panoramic, évoque le son le plus large possible. Alors biensûre, ça reste un concept assez ouvert ou « tiroir » car plein de musique peuvent être invitées… L’ambient Techno, Ambient-Trance, Drum’n’Bass, l’Electronica (qui casse les repère rythmique). Il y a toujours une notion qui évoque les paysages.

WPV : vous avez développé plusieurs axes stratégiques (booking, mastering, installation, compilation) ? Avez-vous d’autre projet comme par exemple le secteur du jeux vidéos, la musique de film qui correspond totalement à votre univers graphique ? Comment le voyez-vous évoluer ?

Aes Dana : Alors, c’est Sandrine qui s’occupe des licences et de placer les produits Ultimae dans les documentaires, cinéma et jeux notamment Solar Field pour le jeu Mirror’s edge de chez Electronic Arts, Capsized et j’ai récemment été approché pour faire le sound design d’un jeu vidéo (français) qui sera annoncé en 2015 avec des premièrs prémices sous formes de jeu en ligne assez impressionnant d’un point de vue technologique !!

Par rapport au cinéma, vidéo, nous nous sommes déjà placé dans des documentaires, publicité. En se moment, nous travaillons en étroite collaboration avec le cinéaste américain Roberto Miller sur la bande originale de son film (Mandoria NDLR) avec une grande partie de la musique composé par des artistes d’Ultimae. Nous avons travaillé cette année une collection de Sample intitulé Aethers « très cinématique » qui a reçu un Award Hot et loopmasters ne s’empresse pas de nous mettre la pression pour en développer davantage. Donc, en effet, nous nous dirigeons beaucoup dur des travaux de sound design. Nous allons également développer le mastering et agrandir le studio en investissement dans un système 7.1 dédié à un système d’écoute « top much » (rire). Il faut savoir que le mastering est généralement développé de façon très standard ou « cinématique » à la John Williams (Star Wars, Jurassic Park) et très peu à la musique électronique. Lorsque nous recevons les « roughs », la musique est imposée dans un style orchestral. On peut très bien faire un certain type orchestral comme The Ring (version américaine) ou encore en prenant l’école minimaliste de Philip Glass (The Truman show, Dracula), on peut rentrer dans les cordes.

WPV : Votre catalogue concentre 29 artistes (17 producteurs et 12 djs). Y a-t-il un profil type pour signer chez vous ?

Aes Dana : On a jamais voulu considérer Ultimae comme exclusif, c’est surtout une maison où il doivent se sentir bien et essayant de bien s’en occuper. Par contre, on les pousse pour qu’ils développent leurs aventures pour travailler avec d’autres labels, artistes. On est très libertin et on ne signe pas d’exclusivité sur l’avenir. Pareil, pour les dj, on voit si l’entente est bonne, s’il y a des valeurs humaines et du goût artistique. On n’hésite pas à renouveler les artistes et on se dirige sur le développement de micros projets plus que sur une carrière à long terme. On sait que d’autre label font signer des artistes pour 5 albums et on est plus attiré sur des formats de 2-3 titres pour en éditer par la suite… voire en vinyle !!

WPV : Vous avez un store dédié à Ultimae (à Lyon 2e et en ligne), que peut-on y retrouver ?

Aes Dana : Le magasin « physique » situé au 1 rue Mazart à Lyon 2e. On peut y trouver les productions d’Ultimae (plus de 65 disques) et en distributions (plus de 400 références) en cd et une centaine en vinyle. C’est Arnaud (Galoppe) qui s’occupe des nouveautés et de la relation avec les labels. Nous avons autant des titres en série limités comme par exemple du Japon d’un catalogue mainstream de chez Kompakt ou underground (Avatism, Electric Rescue, Efdemin, etc…). On essaye d’avoir un spectre élargi. On a beaucoup de Deep Techno, Techno, EDM, Ambient, Downtempo, Dark Ambient, Indus… On laisse l’Electro aux magasins spécialisées…

WPV :  A t-on l’espoir de voir un jour un Festival Ultimae ? Parce que vous êtes bien encré avec les scènes Ultimae au Boom, Forgotten ritual, S.u.n. Festival, etc…

Aes Dana : On a déjà fait 4 soirées avec un plateau Ultimae, intitulées les Nuits Hypnotiques en Alsace. Le concept réalisé en co-prod avec les dominicains de hautes alsace (ancien couvent dominicain réhabilité en lieu culturel et en studio d’enregistrement NDLR). Leur programmation était centrée sur les musiques sacrées et souhaitait inclure la musique électronique. On beaucoup collaboré avec eux notamment avec une résidence de Hol baumann et moi-même. On a travaillé sur 4 événements collaboratifs avec des intro à la musique classique répétitive ou sacrée des compositeurs Rupert Graves et Philip Glass. Donc il y a eu trois soirées dans la Nef (ambiance transat et écran gigantesque) et un dans la grande salle de la filature à Mulhouse qui accueillait 2 floors (Ambient et Trance) de 1500 personnes.

WPV : Enfin, on ne pourrait parlé d’Ultimae sans Aes Dana, son fondateur, qui s’apprête à sortir son 8e album (si je dis pas de bétises) en vinyle ? Peux-tu nous en dire plus ? Je crois qu’il va être décliné en plusieurs Eps ?

Aes Dana : L’album s’intitulera « Far enough » et sera décliner en 4 Eps puis en Cd. On lancera la distribution pour la fin du mois de Septembre puis une cadence de 1 ou 2 tous les mois. On marquera la fin de l’année 2014 et 2015 avec le vinyle et cd (en revisitant les morceaux par des remix), j’ai envie de sillon noir et on est tous d’accord là-dessus. C’est vraiment une nouvelle expérience car ça fait 15 ans que nous faisons du cd. C’est avant tout une envie mais on sent aussi qu’il y a de la demande. J’ai toujours été très vinyle mais pas dans le registre de la musique électronique (Cold wave, Industriel, objet collector), j’ai une grande discothèque…

Au tout début, l’Ambient ne se jouait pas en vinyle… j’ai rencontré une seule nana dans ma vie qui en jouait, au Canada, bref une petite part de marché (rire). Mais j’ai toujours cru en l’objet je crois que c’est un très bon support complémentaire. Et de doubler les sorties digital aux sortie vinyles; ça doit être très intéressant pour le mastering donc d’un point de vue technique purement, « geek » , c’est vraiment très intéressent. Et ça permet de faire des images plus grandes et je suis très excité !!!!!

WPV : on te remercie pour le soutient sur cette 7ème édition et te souhaite une grande réussite pour ce formidable projet !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.